100 portraits de rue


Dans la pratique du portrait d’anonymes sur le vif, la précision du tireur embusqué se combine à l’affection sincère et immédiate pour de parfaits inconnus.

Portraiturer avec soin des anonymes plutôt que des célébrités, des clients, des parents ou sa propre figure (selon la frénésie contemporaine d’autoportraits), tel est ici le seul enjeu.

Dépeindre le paysage humain tel qu’il s’offre au regard. Ne pas faire poser son modèle dans l’atelier du sculpteur. Le cueillir où il se trouve, dans ses méditations, son action ou ses conversations.

Si les gens de pouvoir semblent avoir de nombreux amis, ce ne sont pour la plupart que des « contacts » à faire fructifier ; ou une cour. Il en va autrement des passants traités en amis dans le viseur, juste pour la beauté du geste – de leur geste.

Cette activité apparemment gratuite procure le plaisir inépuisable de revenir à la curiosité d’autre chose que soi-même et ses proches, ou ses relations utiles et ses travaux de commande, en faisant son miel de visions fugaces offertes par celles et ceux qui, en principe, ne nous sont rien.

FA#

  • A sad looking jeweler puts a ring back in the front window
  • Police Captain
  • Angry woman
  • Courier
  • Waitress fixing a light bulb

Dans la pratique du portrait d’anonymes sur le vif, la précision du tireur embusqué se combine à l’affection sincère et immédiate pour de parfaits inconnus.

  • Sleeping butcher
  • Anonymous rescuers in the metro
  • Waitress reflection in blue glasses
  • Manly conversation


Texte et photographies Frédéric Allinne FA #

Boitiers Sony, Canon, Hasselblad
Objectifs 18mm, 24mm, 35mm, 55mm, 65mm, 85mm, 105mm, 135mm
• • •